Et sinon ça en est où ?

Puisque j’ai commencé à parler un peu de ce qu’on fait, je vais continuer sur ma lancée et vous dire un peu où on en est. Et puis ça me permettra de réactualiser ma to-do list en même temps, tiens.

– Ce qui a changé depuis le 16 avril (date de notre premier article) :
Au moment où on a ouvert le blog, la structure n’était même pas créée et on n’avait pas un rond.
Aujourd’hui, c’est fait. On a des jolies feuilles bleues du greffe du tribunal de commerce de Paris qui attestent de l’existence d’Exploratology et sans être Warren Buffet on a obtenu un très sympathique financement qui est venu faire en sorte que je ne me retrouve pas avec des chiffres négatifs en bas de mon tableau de budget – ce qui est toujours utile.

– Et aujourd’hui ?
Aujourd’hui il n’y a plus qu’à commander les chouettes livres, magazines et objets, à finir le site et à lancer la communication avant le 1er juin. Bon. Ok. C’est sensiblement le gros du gros de l’affaire et la deadline se rapproche dangereusement. On y croit, même si notre développeur passe plus de temps à manger d’obscures boules de mangue qu’à développer le site, et que de mon côté, je prends prétexte que je dois nourrir le Pinterest pour regarder des images plutôt que de rédiger les CGV (erf).

– La préparation d’Exploratology sinon, ça représente quoi (à part les dizaines de mails, les tableaux excel, les pitchs ratés même en suivant de bons conseils, des trucs très hot comme la compta ou la retraite complémentaire) :

– Des heures passées sur des questions existentielles comme : est-ce qu’on écrit une page de « mission » sur le site (comme sur Slashpurpose) ? Baker twine ou pas Baker twine pour le packaging ? (votre avis est le bienvenu) Comment importer des bocaux en verre depuis les Etats-Unis (on vous racontera) (mais quel lien entre les livres et les bocaux en verre ?! rendez-vous sur le site en juin pour avoir la réponse)
– Des kilomètres de trajets en métro pour chercher des livres dans diverses bibliothèques parisiennes. Des dizaines de livres lus dans les trajets en métro.
– Beaucoup de café / chocolat / sucreries en tout genre pour tenir la route à des heures tardives.
– Des choses fantastiques : plein de rencontres, des bonnes surprises avec des fournisseurs très sympas, l’excitation du projet, la possibilité de faire la sieste à 15h si j’en ai envie (très important)

Bon d’accord des choses moins fantastiques aussi : galérer sur Photoshop, des erreurs dans le business plan qu’on n’a pas vues même à la dixième version, se prendre la tête sur le calcul des frais de port, accumuler du retard si on a eu l’audace de faire une sieste à 15h (et se rendre compte que ce n’est pas parce qu’on monte sa boîte qu’on est forcément plus libre de son temps…)

– Mais quand même des choses fantastiques avant tout :)

Pour résumer, c’est globalement :
– des joies : joies de la réalisation de ce qui n’était qu’un projet il y a quelques mois, de voir que des gens apprécient l’idée et me suivent dans l’aventure (merci!)
– des découvertes : de très chouettes livres et objets qu’on a hâte de partager avec vous
Et joies et découvertes, c’est bien tout ce qu’on a envie de transmettre.

On attend avec impatience les futures rencontres et découvertes, nos futurs échanges avec vous. On y travaille d’arrache pied. En attendant, on vous souhaite une jolie semaine et à très bientôt pour d’autres nouvelles!

email
Marjorie

Fondatrice et gérante d'Exploratology Grande amoureuse des livres, des lapins mignons et des tartes au citron.