Nos adaptations de livres préférées au cinéma

Nos adaptations préférées de livres au cinéma

Avec les filles, on discutait de la sortie au cinéma du dernier Harry Potter (évidemment!), et la conversation a dérivé sur les adaptations de livres en général.

Vous avez remarqué ? On hésite souvent à aller voir un film tiré d’un livre. On se dit que le livre sera forcément mieux, qu’on a tellement aimé l’histoire que l’on aura peur d’être déçu… Mais parfois, c’est l’inverse qui se passe, et là, tout est remis en question :) C’est pourquoi, on s’est dit que ça serait sympa d’écrire un article sur le sujet, avec nos adaptations préférées, celles qui nous ont vraiment plu, et de les partager avec vous. Voici notre sélection personnelle et éclectique !

Les adaptations préférées de Marjorie

Les Délices de Tokyo – Naomi Kawase / Tetsuya Akikawa

There will be blood – Paul Thomas Anderson / Upton Sinclair

No country for old men – Joel Coen, Ethan Coen / Cormac Mc Carty

 

J’ai l’impression de radoter tellement j’ai parlé de ce film autour de moi (mais est-ce que j’en ai déjà parlé avec vous ?) ; mais je suis complètement amoureuse des Délices de Tokyo. Et même si le livre de Durian Sukegawa a eu beaucoup de succès en librairie, et que Naomi Kawase est loin d’être une réalisatrice méconnue, eh bien je suis heureuse d’en rajouter une couche.

Il y a dans le livre comme dans le film une sensibilité et une douceur jamais troublée par la mièvrerie, comme on n’en retrouve que dans une certaine littérature et un certain cinéma japonais. Histoire de cuisine, mais aussi histoire d’amour inter-générationnel, histoire de tolérance et de rédemption, Les Délices de Tokyo dépeint avec grâce et pudeur comment ses personnages vont apprendre les uns et des autres, et s’offrir à chacun une merveilleuse leçon de vie. Livre comme film sont portés par une écriture simple, des dialogues aux phrases courtes qui révèlent pourtant les émotions entre les lignes, une forme d’effleurement des personnages toute en délicatesse. On ressort de cette histoire profondément heureux malgré la mélancolie profonde qui l’imprègne, et une terrible envie de manger des dorayakis 😊.

 

Deux autres de mes adaptations cinématographiques préférées sont There Will be Blood et No Country for Old Men. Le premier parce que je l’ai vu sans savoir que c’était inspiré d’un livre ; et je m’étais dit que son long début sombre et silencieux aurait été une parfaite matière pour un roman, sans compter l’histoire assez romanesque et tragique. J’étais donc assez ravie de découvrir que le film se soit effectivement inspiré d’une oeuvre littéraire, Pétrole! un roman paru dans les années 20. Même si Paul Thomas Anderson semble avoir plutôt considéré le livre comme un « très bon collaborateur » (comme l’indique cet article très détaillé d’AV Club), il serait sans doute passionnant de découvrir ce livre si on a aimé le film!

Et je cite No Country for Old Men, parce que le film aura réussi l’exploit de me faire aimer McCarthy qui me tombe plutôt des mains en général 😁.

delices tokyo livre
No country for old men, Frères Coen
No country for old men, Cormac Mc Carty

L’adaptation préférée de Nawelle

Roméo + Juliette – Baz Luhrmann / Shakespeare

 

Le problème avec les films adaptés d’un roman, c’est que pour des raisons techniques ou de timing notamment (et on le comprend), l’histoire est bien souvent simplifiée.

Cependant, je trouve que ça n’a pas été le cas avec le film Romeo + Juliette, de Baz Luhrmann.

Si je ne devrais garder qu’une adaptation, ce serait bien celle-ci. Et c’est bien simple, soit on aime soit on déteste !

Je peux comprendre que cette transposition de l’oeuvre de Shakespeare dans le monde actuel, en décalage permanent (entre le texte d’origine et l’esthétique 90’s dans un décor à la Venice Beach) puisse rebuter un grand nombre de personnes, mais pour avoir étudié de long en large la pièce, le fond, la forme, la vie de Shakespeare, etc. je trouve l’adaptation exceptionnelle, et d’une analyse et d’une réflexion très approfondies. Lors d’une scène très forte, si l’on y fait bien attention, on y retrouve un des lieux emblématiques de la vie de Shakespeare, le théâtre Le Globe, célèbre pour avoir abrité de nombreuses représentations de ses pièces et pour avoir brûlé accidentellement en 1613, c’est là par exemple l’un des nombreux clins d’œil dont le film est truffé.

Sans parler des musiques, des costumes, des décors … Et que dire du jeu des acteurs !

Chaque chose, chaque détail du film a été pensé pour être en accord avec l’oeuvre originale. Ce qui peut être paradoxal lorsqu’on voit sa photographie. C’est aussi ça la magie du théâtre !

Bien plus qu’une simple histoire d’amour (comme l’opinion publique la voit généralement), Roméo et Juliette est une histoire de passion, de conflits, de violence, de morale. C’est un drame certes, mais également une comédie. Et le génie artistique de Baz Luhrmann a su transposer tous les aspects de la pièce au cinéma, et a réussi à s’approprier l’oeuvre pour en proposer une lecture fidèle, originale et transposée.

Je vois déjà Marjorie me lancer un clin d’œil « mouais c’est ça, c’est parce qu’il y a Léo dedans hein 😝 », haha évidemment la présence de Léonardo DiCaprio est un gros bonus. Je ne le nierai pas !

J’ai d’ailleurs toujours pensé qu’il aurait du recevoir un Oscar pour son jeu incroyable dans ce film, soit 20 ans avant son Oscar dans The Revenant 😊.

Rmoeo + Juliet, Baz Luhrmann
romeo juliette shakespeare livre de poche

Les adaptations préférées de Marie

Gomorra – Matteo Garrone / Roberto Saviano

 

Je me souviens très exactement de cette année 2006, quand Roberto Saviano écumait les plateaux télé pour livrer son témoignage sur la Camorra. Menacé de mort par la mafia suite à la publication de son livre, il racontait d’interview en interview la violence, la corruption, les trafics en tout genre et les règlements de compte. Normalement, je ne vais pas vers les livres dont la promotion est aussi importante, excepté cette fois-là et je ne le regrette pas. Le livre, passionnant, m’a complètement plongée au coeur du système mafieux napolitain. Puis, deux ans plus tard, le livre était adapté au cinéma. J’étais très curieuse de la voir et j’ai foncé le voir sur grand écran. Le film m’a mis une grosse claque et je crois même avoir préféré le film au livre, tellement il est d’une puissance incroyable! C’est fou de savoir que, de nos jours, des quartiers de la banlieue de Naples sont entièrement “gouvernés” par la mafia. Tout le monde le sait, tout le monde a peur, tout le monde fait avec. Et ça se passe juste à côté de chez nous!

 

Mais la vie de Gomorra ne s’est pas arrêtée là : après avoir été adapté au cinéma, voici maintenant la série (en cours depuis 2014). Et ce qui est dingue, c’est que je suis tombée totalement dedans une nouvelle fois. L’histoire commence dans les quartiers de Naples comme dans le livre et le film, et va s’étendre petit à petit au monde entier. Les acteurs sont consternants de réalisme, on est vraiment plongé au coeur de la mafia avec des gros méchants qui font peur et qui n’ont aucun sentiment. A chaque fin de saison, je suis énervée car je meurs d’impatience de voir la suivante, c’est une de mes séries préférées ! 😊 Et pour tout vous dire, je préfère la série au film, et le film au livre, ce qui est chose rare! 😁

Gomorra, Matteo Garrone
gomorra saviano
Persepolis, Marjane Satrapi
persepolis satrapi

Persepolis – Marjane Satrapi

 

D’accord, on peut se dire qu’adapter une bd au cinéma, c’est facile. Pour le coup, c’est le film qui m’a donné envie de lire la bande dessinée (c’est bien aussi dans ce sens-là 😊).

 

Marjane Satrapi est auteure, dessinatrice, réalisatrice et protagoniste de l’histoire. Dans Persepolis, elle raconte son enfance en Iran avec sa famille, les changements politiques et sociaux qui lui ont fait quitter son pays natal, les moments difficiles qu’elle a traversés, tout cela avec un humour incroyable. J’ai trouvé son histoire passionnante et elle, extraordinairement forte. Oser s’opposer à un système, à un régime, c’est faire preuve d’un courage et d’une détermination folle. Si l’on compare la bd et le film, il n’y a pas de grandes différences : les dessins sont les mêmes, les textes relativement fidèles au livre, mais j’aime l’animation. Elle est un peu “saturée”, elle n’est pas aussi fluide que dans d’autres films d’animation, et ça change ! Rien que pour ça, ça vaut le coup d’aller voir le film.

 

Et puis j’adore ces histoires de femmes et d’hommes qui sont attachés à leurs convictions et qui n’ont pas peur de les défendre. Je trouve que ce sont des héros du quotidien, des personnes à prendre en exemple. Respect !

Ne le dis à personne – Guillaume Canet / Harlan Coben

 

Mais qu’est-ce qu’un livre d’un gros auteur de best-sellers fait dans cette liste, haha ?!

Vous voyez la sensation que vous avez quand on vous offre un cadeau qui ne vous plaît pas vraiment ? L’embarras que l’on ressent ? C’est ce qu’il m’est arrivé avec ce livre que l’on m’a offert il y a quelques années maintenant 😬.

Par respect pour la personne qui m’a gentiment fait ce cadeau, je l’ai lu du début à la fin. Et ce qui était prévisible arriva : j’ai vraiment eu du mal avec l’écriture et le style, ainsi qu’avec l’histoire que j’ai trouvée absurde. Et voilà que 5 ans après la parution du roman, Guillaume Canet en fait un film! Autant dire que je n’avais pas vraiment envie de le voir. Et puis un jour, mon copain qui l’avait vu au cinéma à l’époque me conseille de le regarder (il passait à la télé ce soir-là). Ok, je prends mon courage à deux mains et on verra bien. Et surprise, j’ai bien aimé !!! 😃.

 

Le rythme est dingue, l’intrigue est haletante, ça va vite, et la cerise sur le gâteau et l’interprétation des acteurs (notamment de François Cluzet qui est excellent) ! Pour tout dire, je n’ai pas décroché une seule seconde et je l’ai même revu une seconde fois quelques années plus tard. Comme quoi, on peut avoir de belles surprises, et surtout certains livres qu’on n’a pas trop aimés peuvent aussi donner naissance à des films qu’on va davantage apprécier !

Ne le dis à personne, Guillaume Canet

Charlie et la chocolaterie – Tim Burton / Roald Dahl

 

Je ne retrouve pas l’édition que j’avais étant petite, mais je l’adorais ! Tous les dessins de Quentin Blake (illustrateur fétiche de Roald Dahl) me faisaient rêver et me transportaient dans l’univers sucré de Willy Wonka. Tous les enfants espéraient que cette usine de gourmandises existe vraiment et auraient (presque) tout donné pour pouvoir remporter le concours gagné par Charlie. Evidemment, il aurait fallu se tenir à carreau sinon la sentence de Willy aurait été sévère à notre égard 😊.

 

Avec mes souvenirs d’enfant, je suis allée au cinéma voir l’adaptation de Tim Burton (et avec une certaine appréhension, je dois l’avouer). Ce cinéaste que j’adore, adapte ce livre que j’adore… Gros, gros challenge à relever pour le réalisateur, mais sans surprise, le film est canon! Les décors sont incroyables et sont les véritables stars du film, c’est grandiose 🤩. Et puis que dire de Johnny Depp… Époustouflante interprétation d’un Willy Wonka extravagant 😃. On a parfois un peu peur des adaptations cinématographiques des livres de notre jeunesse, qu’on peut avoir imaginer à notre manière, mais on a parfois d’excellentes surprises en les voyant sur grand écran!

 

D’ailleurs, savez-vous que le prochain film de Tim Burton sera l’adaptation de Dumbo ? Ca va encore nous replonger en enfance (mais il me faisait un peu peur ce bouquin quand j’étais petite 😬).

Charlie et la chocolaterie, Tim Burton

Et vous, quelles sont vos adaptations préférées ? N’hésitez pas à nous dire en commentaires vos conseils cinématographiques et littéraires! :)

email
admin@exploratology.com